Qu'est ce qu'une impression laser?
Il existe deux métodes d'impression : impact print et non impact print
Une machine à écrire utilise les impressions impact print. L'encre est déposée sur le papier par un contact direct avec la tête d'impression ou le rouleau gorgé d'encre. Lorsque nous parlons d'appareils laser ou de toners, il s'agit de non impact print.
Le toner est déposé sur le support (papier) sans contact directe, c'est le cas des imprimantes jet d'encre, des photocopieurs et des imprimantes laser.
Un peu d'histoire:
L'impression laser utilise une technique issue de la découverte de l'éléctrophotographie ou xérographie en 1938 par Chester Carlson. Après de nombreuses améliorations, le procédé xérographique voit le jour en 1959 par la commercialisation de la première photocopieuse par Xerox. il faudra attendre 1978 pour que la première imprimante laser fasse son apparition dans les laboratoires de Xerox mais c'est Hewlett-Packard qui commercialise les premières imprimantes laser pour le bureau avec la série Laserjet en 1984.
Les étapes du cycle d'impression:
Une imprimante laser met en oeuvre des technologies complexes pour produire une impression. Elle fait appel à l'électronique, la mécanique, l'électrostatique, l'optique et le thermique.Il serait bien prétentieux ici de décrire de manière exhaustive le fonctionnement d'une imprimante laser. Nous allons nous contenter d'expliquer les six grandes étapes du processus d'impression xérographique des imprimantes laser monographiques (noir sur blanc).
Première étape: la charge
Le tambour, appellé aussi Organic Photo Conductor (OPC), est un élément basique des imprimantes - fax et copieurs laser. On retrouve le tambour sous la dénomination "CPU" conductor photo unit, unité photo condutrice. Le tambour (drum)  est un cylindre en aluminium recouvert d'une couche de silicium. Ce matériau est le semi-conducteur le plus utilisé en électronique. Il est sensible aux rayonnements lumineux. Le tambour reçoit une première charge d'environ 1000 volts, il est chargé positivement. Ansi, la surface du tambour est dans un état électrostatique qui repousse magnétiquement le toner.
Deuxième étape: le laser écrit sur le tambour
Le scanner (faisceau laser) balaye la surface du tambour dans sa longueur et lui transmet ligne par ligne, l'image oule texte à imprimer sous forme de points chargés négativement. Pendant ce temps, le tambour ne cesse de tourner. C'est l'énergie électrostatique du scanner qui va définir l'image.
Troisième étape: le développement
La brosse ou rouleau magnétique assurant la jonction entre le réservoir de toner et le tambour (drum) par un aimant rotatif va amener la poudre à la surface du tambour. La poudre contenue dans le toner va se déposer sur les zones du tambour sensibilisées par le faisceau laser (chargées négativement), ces particules de toner restent fixées uniquement aux endroits chargés négativement definits par le laser. Les endroits chargés positivement (sans texte ou image) n'accrochent pas la poudre de toner.
Quatrième étape: le transfert
Le papier est également chargé négativement et attire les particules de toner. L'image électrostatique ainsi formée est transférée par une très forte attraction électrostatique sur le papier. En fonction des imprimantes, ce principe est inversé (positif / négatif) en respectant toujours la même régle : positif et négatif n'attirent, c'est le principe de l'aimant.
Cinquième étape: la fixation
Le papier passe ensuite dans le four qui est composé de deux rouleaux: l'un chauffant, l'autre pressant. Le roulant chauffant dispose d'une lampe halogène qui porte sa température à la surface à 180°C. Les particules de poudre de toner fondent en passant dans ce rouleau. Puis, elles sont incrustées dans les fibres du papier en passant cette fois par le rouleau pressant. De cette facon, les impressions laser résistent à l'eau et aux UV, contraiement aux impressions résalisées avec une imprimante jet d'encre.
Sixième étape: l'effacement
Une lampe d'effacement décharge le tambour et une raclette élimine les résidus de poudre de toner restant à la surface du tambour. Ces résidus sont stockés dans un compatiment, il faut vider ou changer. C'est l'ultime étape de l'impression xérographique.
Le principe de la copie (photocopieur ou copie) ne réalise pas cette dernIére étape, les informations magnétiques encore enregistrés sur le tambour sont réutilisées pour réaliser les copies.
Les impressions laser couleur fonctionnent de la même manière, les étapes sont répétés 4 fois, noir cyan magenta et jaune.

En arrière
 

 

 

Parse Time: 0.046s